Bienvenue sur notre blogue

Ce blogue a été mis sur place avec notre propre initiative. Merci de ne pas partager ou diffuser les photos et vidéos qui s'y retrouvent, par respect pour les enfants et toutes les personnes impliquées dans ce processus.  

Le but de ce blogue est de vous tenir informés des différentes étapes, de nos expériences et des plus récentes nouvelles au sujet de notre projet d'adoption. 

Nous sommes très fiers de vous partager tous ces moments qui sont riches en émotions, en rebondissements, en larmes et en rêves... Vous pouvez également commenter toutes nos publications afin de rendre ce blogue encore plus interactif et passionnant.

Bonne lecture, en espérant que vous apprécierez...

Voici notre nouvelle famille !

La journée est vraiment différente des autres jours puisque nous sommes revenus trempés de notre marche quotidienne. Les orages tonnent, la pluie intense a généré plusieurs inondations et le vent s'est mis de la partie. Mais cela ne nous a pas empêché de nous emballer à l'idée d'aller les rencontrer cet après-midi. Un jour de pluie, que pouvons-nous faire avec les enfants à l'intérieur pendant 2-3h ?... Nous avons acheté du vernis à ongles, des choux et barrettes pour les cheveux, un Légo de camion et les autres jeux classiques qui sont leurs favoris. La collation aussi est prête et nous attendons impatiemment le chauffeur.

13h30 a sonné... Nous descendons les escaliers comme des fous pour nous installer dans la voiture. Direction "Teremok" ! Nous arrivons et les enfants sont encore en train de faire la sieste. C'est tellement calme qu'on n'imaginerait même pas que plusieurs dizaines d'enfants logent ici. Nous entendons les enfants se précipiter dans les escaliers. Ils nous voient et grimpent sur nous afin de nous souhaiter la bienvenue. On leur explique que la météo n'est pas très belle et, comme d'habitude, ils ne négocient pas, ne pleurent pas et ne nous en veulent pas. Ce sont vraiment des enfants faciles à vivre !

On se fait deux petits groupes : Mélissa avec les filles pour jouer à la manucure et à la coiffeuse. Moi je joue avec Oleg pour construire un beau camion Légo. Le calme régnait dans la pièce ! Les filles se laissent traiter aux petits oignons par Mélissa. Elles étaient tellement fières. Elles sont venues à plusieurs reprises nous interrompre afin de nous montrer leur beaux doigts. Pour Oleg, c'est impressionnant de voir son niveau de concentration et sa délicatesse. C'est beau à voir. Une fois fini, les enfants ont demandé leur collation. Aujourd'hui c'était un peu plus copieux : banane, orange, fromage, biscuits et écu en chocolat... Ça ne se voit pas, mais ils ont de bons appétits, même si l'orphelinat est réputé pour offrir une nourriture variée et de qualité.

Puisque notre dossier est complété à Kiev, et puisqu'il a été accepté par le ministère de la politique sociale, nous avons décidé de rendre publique les photos et vidéos de nos enfants. Il ne nous reste plus que la phase du tribunal vers le 21 mai et la paperasse ukrainienne et canadienne. Les enfants nous posent la même question tous les jours : "quand est-ce que nous rentrons au Canada avec vous ?"... Pas facile à gérer au quotidien. 

Notre départ s'est encore fait avec de gros câlins et nous ne nous lassons pas de tout cet amour que ces petits êtres nous transmettent. Demain, il fera beau et nous avons prévu de faire du foot (soccer) et du badminton... Pour voir toutes les photos de nos enfants, cliquez ici.

PS : ne vous en faites pas. La ville de Kherson est au calme et aucun mouvement n'est en cours dans notre région. Les drapeaux ukrainiens flottent partout et la vie est tout à fait normale. Les évènements actuels sont hyper localisés et ne nous menacent en rien. Gardez en tête que nous sommes assistés par des Ukrainiens (traductrices, chauffeurs...) et qu'ils prennent bien soin de nous. Donc rien à signaler ici :)

La découverte de la technologie

La découverte de la technologie

Le 1er mai partout en Europe est un jour férié. C'est le jour international des travailleurs... sauf en Amérique du Nord ! Cela fait maintenant 7 jours que nous avons fait la connaissances de nos enfants. Nous n'avions pas de gâteau ou de bougies, mais on a tenu à leur signifier notre joie et notre fierté de les avoir dans notre vie. Ainsi, je me suis amusé à monter une petite vidéo de 10 minutes. Ce petit film part de notre dernière journée avant notre départ jusqu'à hier. On a tenu à leur montrer les trajets en avion, en train, le moment de sélection de leur dossier à Kiev et les merveilleux moments passés ensemble. Nous ne savons pas du tout comment ils vont réagir. Le but est aussi de les préparer à vivre tout cela dans le sens inverse, lorsque nous reviendrons au Canada.

Il est 13h30, notre chauffeur et notre traductrice nous attendent. Une grosse ondée de pluie s'abat sur Kherson actuellement. Nous n'irons probablement pas dehors aujourd'hui. Heureusement, nous avons d'autres options. Aujourd'hui, nous ferons aussi l'initiation au iPad. Rappelons qu'ils ont 10 ans et que les enfants de leur âge au Québec y jouent régulièrement. Le seul "hic" c'est d'établir une discipline, de gérer les partages de temps entre les enfants et s'assurer qu'ils l'utilisent avec respect. 

En arrivant, nous montons dans le dortoir car les enfants dormaient encore à 13h45... Ça leur a pris quelques secondes pour se lever, faire leur lit et s'habiller. Notons qu'ils ont encore les mêmes vêtements depuis samedi... Nous espérons qu'ils ne transpireront pas trop... Oleg remarque immédiatement mon sac noir qui renferme quelque chose... Il s'empresse de le prendre et les filles nous aident à transporter les autres sacs. Direction la salle principale de jeu au rez-de-chaussée. Les enfants nous regardent encore avec leurs yeux plein de bonheur de nous retrouver. Oxanna leur explique que papa et maman ont préparé un petit film qu'ils aimeraient partager avec eux. Les "oui !!!!" ne se sont pas fait attendre. On s'assoie par terre et j'allume l'ordinateur. Oleg avait les mains baladeuses, ce qui est parfaitement normal. Je démarre la vidéo. Mélissa observe l'attitude des enfants. Leurs yeux et leurs rires disent tout. Oxanna a traduit certains éléments, mais c'est clair qu'ils ont compris tout le cheminement qui nous a mené à eux.

Par la suite, Mélissa se met avec les filles à faire un casse-tête en 3D qui représente une maison avec des personnages. Macha est tellement heureuse qu'elle a de la difficulté à être délicate. Liza a retrouvé son ami pour toujours : l'appareil photo. Quant à Oleg, il s'est assis à côté de papa qui lui a montré l'objet tant convoité : le iPad. J'avais juste quelques jeux mais rien de bien étoffé. Il a essayé Angry Birds les voitures, Tom le Chat... mais non, il s'arrête sur un jeu d'énigmes. Il a adoré. J'étais très surpris par sa patience, son ingéniosité et sa vivacité d'esprit. Au bout de 20 minutes, on change les rôles et c'est Macha qui vient sur le iPad. Sa brutalité ne semble pas avoir baissé d'un cran. Heureusement que la vitre est épaisse car elle aurait probablement transpercé l'écran. Entre deux, Liza a joué avec Mélissa aux cartes afin de pratiquer ses nombres de 0 à 10. Elle est très surprenante et son écoute est parfaite. Je vous dis que la francisation est belle et bien enclenchée. 

Pause collation : les enfants ont encore la manie (héritée de leur séjour en orphelinat) de tout partager. Nous devons travailler sur cela car ils doivent comprendre qu'il y a des choses (dont la nourriture) qui sont à eux. Partager oui, mais pas en permanence. Aller, vite, on reprend les jeux ! Cette fois-ci, les enfants étaient collés à nous et souhaitaient encore qu'on les prennent dans nos bras et qu'on joue au cheval. Une preuve que ce sont des enfants qui ont manqué d'affection et de contact. On aurait dit des enfants de 6-7 ans dans nos bras. Les câlins ont rechargé nos batteries. Nous en avons profité pour dire et redire aux enfants qu'on les aimaient. Notre rôle actuellement est de les sécuriser et de leur signifier l'amour qu'on a pour eux. 

Dernière ronde de iPad, 5 minutes par enfant... Croyez-le ou non, cela a été respecté. Même s'ils voulaient jouer encore, ils ont compris le concept du partage de temps. Pas de chicane, pas de crises, pas de roulades par terre. Je confirme que nous avons reçu des enfants rêvés : agréables, aimants, touchants, beaux, intelligents et solidaires. Encore merci à la vie d'avoir fait croiser la destinée de ces enfants à la nôtre. Nous en serons toujours reconnaissants.

Nos premiers "Je t'aime"...

Nos premiers

Nous avons bien hâte d'entamer la journée puisque nous avons enfin la chance de travailler avec Oxanna, notre traductrice. Elle n'habite pas trop loin car c'est notre voisine de palier ! Oxanna est une femme d'une grande patience, extrêmement posée et attentionnée. On a rendez-vous à 13h30 en bas de l'immeuble avec notre chauffeur, Oleg.

En arrivant à l'orphelinat, elle a rencontré la nounou de nos enfants, Viniera. C'est une soie. Elle connait les enfants depuis leur arrivée à l'orphelinat. Elle connait leurs points forts et leurs points faibles. Elle nous fait entrer par une autre porte. On passe par la lingerie où de nombreux vêtements sont en train de sécher. Puis on prend un autre escalier qui nous mène vers la salle commune des enfants... puis à leur dortoir. On y rentre, les enfants font dodo. Ils sont meublés avec des lits superposés. Seule Macha a une chambre à part avec les plus grands car la nounou nous confirme qu'elle est très mature. Elle est responsable des livres qu'elle replace en ordre et qu'elle dispose avec soins... Je vois ici un petit point commun avec Mélissa !! Sans hésiter, la nounou est émue en nous observant et en nous disant que les enfants nous ressemblent beaucoup physiquement. En effet, nous recevons beaucoup de commentaires dans ce sens. C'est très touchant ! Oleg nous rejoint par la suite, pendant ce temps les enfants ont pris le temps de faire leur lit et de s'habiller avec les mêmes vêtement que les quatre derniers jours... 

On prend l'escalier à nouveau et on se dirige dehors. Le soleil est chaud, le ciel est bleu... c'est parfait pour s'éclater avec les enfants. On se court après, on joue à 1-2-3 soleil, on fait les chevaux en prenant les enfants sur nos épaules, on fait de la balançoire pendant au moins une heure. Épuisés, nous prenons une pause et notre habituelle collation. Comme à l'habitude, les enfants se placent dans le même ordre sur le banc, chacun à son rôle (un essuie la table, l'autre dispose des petites serviettes et l'autre répartie les aliments). Aujourd'hui, nous avons apporté des fraises, des biscuits secs, un écu en chocolat et de l'eau. Les enfants étaient tellement épuisés (nous aussi !!) que nous étions très calmes. 

Soudain Oleg était très pensif et faisait les cent pas autour de la table. Oxanna lui demande ce qu'il y a. Il nous demande, droit dans les yeux, pourquoi ils ne partent pas au Canada ? Oxanna prend le temps de bien expliquer le processus, les délais et ce qui reste à faire. Elle fait des analogies avec leurs amis qui ont vécu la même chose lorsqu'ils se sont fait adopter. On voit que cette question les travaille beaucoup. Nous avons par la suite sorti une feuille de papier par enfant. Nous l'avons divisé en deux : une colonne des choses que nous aimons, une colonne des choses que nous n'aimons pas. Les enfants devaient dessiner (nous aussi !) ce qu'ils aiment ou non. Les résultats sont surprenant. Ils ont tous peur de la guerre et des Russes (endoctrinement des adultes probablement). Ils adorent la crème glacée, le soleil, les animaux, le sport, l'Ukraine, le Canada (oui oui !), les maths (pour Macha), les bricolages (pour Liza), la planche à roulette (Oleg) et la mer. C'était un exercice très touchant et tous ont écouté les réponses des autres. 

On retourne jouer, on fait de la balançoire, Mélissa fait des bracelets en élastiques avec les filles, je joue aux cartes avec Oleg (idéal pour travailler les nombres de 2 à 10 en français), je fais tourner les enfants en les tenant par les mains, et de plus en plus les enfants nous demandent de les prendre dans nos bras. Quand soudain j'avais Oleg sur moi et Mélissa proche... Il nous prend tous les deux dans ses bras et lance un superbe "Iu Lioubliou Papa i Mama"... ce qui veut dire "je vous aime, papa et maman"... Nous devions retenir nos larmes et notre coeur ne savait plus où donner de la tête. C'était un moment magique. Les filles ont aussi demandé à être prises dans nos bras. Ces enfants sont de plus en plus attachés à nous. Pascal est de plus en plus remplacé par "Papa" et Mélissa est de plus en plus remplacé par "Mama". Trop mignon !

En partant, nous voyons le groupe de nos enfants s'approcher car l'heure est venue d'aller en répétition pour un spectacle qui sera donné la semaine prochaine en l'honneur du 9 mai (jour férié pour célébrer l'Armistice de la guerre 1939-1945). Nos enfants sont tellement fiers qu'ils leur disent que nous sommes leurs parents et lorsque la nounou leur fait signe d'y aller, ils courent vers nous pour un dernier salut chaleureux. Nous repartons encore le coeur à l'envers de les laisser sur place. 

Pour finir la journée, nous sommes allés souper dans un restaurant arménien réputé pour ses viandes, le "Manga". Ça nous a permis de poser d'autres questions à Oxanna et de l'entendre sur ce que les enfants ont pu lui dire durant l'après-midi. Elle nous confirme que les enfants ont signé leur lettre de consentement le 25 avril dans le bureau de la directrice, Marina, en présence d'un avocat. La lettre est une lettre type rédigée par retranscription à la main. Ça disait "Moi, Oleg, je souhaite être adopté par le couple canadien Mélissa et Pascal..." avec date et signature à la fin. Ils devront dire la même chose en personne au juge. D'ailleurs notre dossier est bien arrivé à Kiev et il a été déposé, puis accepté par le ministère. Selon la coordonnatrice Kseniya, nous devrions avoir notre rendez-vous au tribunal dans la semaine du 20 mai. Sachant que nous devrons attendre 10 jours, nous en profiterons pour finaliser les papiers officiels ici à Kherson. On remontera sur Kiev par la suite pour une petite semaine afin de finaliser les papiers canadiens. Nous pensons donc être de retour au pays vers la mi-juin max.

Les enfants ont confirmé leur adoption !

Les enfants ont confirmé leur adoption !

Aujourd'hui sera notre dernière journée sans traductrice. Oxanna sera avec nous en fin d'après-midi. Vers 12h40, nous descendons les escaliers pour rejoindre notre chauffeur. Tout était prêt : nos sacs sont remplis de jeux et collations, nous avons mis nos vêtements pour nous amuser dehors et le ballon de foot (soccer) est prêt. Tous les jours, nous sommes comme des enfants lorsqu'on se prépare à aller voir nos enfants. 

En arrivant à l'orphelinat, on nous reconnait désormais tout de suite et on nous dirige dans notre salle habituelle. On nous explique que les enfants sont à l'école et que nous devons attendre quelques minutes, le temps d'aller les chercher et qu'ils changent leurs vêtements (ils ont des uniformes). Je leur mentionne que nous aimerions jouer dehors, mais la secrétaire n'est pas certaine et va demander la permission à la directrice, Marina. Elle revient en nous disant que tout est OK. On attend encore... Encore... Les minutes sont longues voire interminables. On entend soudainement le groupe d'enfants arriver vers 13h35 mené par la nounou, Nadia. On continue d'attendre et soudain nous reconnaissons les voix de nos cocos. Il est 14h...

Ils entrent dans la salle et nous sautent dessus. C'est un sentiment si agréable de voir ces petits coeurs nous faire de gros câlins. On ne s'en lasse pas du tout ! Nous leur expliquons que nous allons dehors pour nous amuser. Sans une ni deux, ils prennent nos sacs et s'alignent vers la porte. Sauf que je les ai stoppé en leur mentionnant qu'ils doivent sortir sans faire les fous et qu'il ne faut par courir, sinon on se fera chicaner par la nounou qui n'apprécie pas ces comportements. Je vous garantis que les enfants ont marché en nous tenant par la main... Immédiatement arrivés sur le terrain, les enfants courent derrière le ballon et des rires et cris nous font comprendre qu'ils n'ont pas souvent la chance de s'amuser dehors. Ça les défoule !

Au bout de 30 minutes, Oleg, tout transpirant, me passe sa casquette car il était trempé à l'os. Aller, c'est l'heure de la collation. C'est intéressant de voir ces enfants prendre rapidement une habitude : ils prennent nos sacs, s'en vont sur la table de pique-nique proche des balançoires, et s'installent à la même place sur le banc, demandent une lingette humide pour se laver les mains et nous sortent des mercis à chaque fois que nous leur donnons quelque chose. Ils se délectent avec si peu de choses. Oleg a fait le singe et tout de suite, nous avons appliqué la discipline de base. Les filles ont eu un petit écu en chocolat, sauf lui pour lui montrer qu'il doit être calme à table. Il ne s'en est pas fait, s'est dirigé pour aller faire de la balançoire puis en me rapprochant je lui ai dis que je l'aime mieux quand il est calme avec tout le monde. Me souriant et me tapant dans la main, je lui donne son écu... les yeux remplis de bonheur. On doit se laisser, la nounou est venue nous avertir. Vite, les enfants nous aident à ranger les sacs et nous raccompagnent vers la porte de sortie. Les câlins, les bisous, les regards sont très agréables. Sauf que les enfants ont commencé à nous faire de petits yeux tristes et on sent qu'ils commencent à s'ennuyer de nous. On leur fait comprendre qu'on reviendra demain (c'est une phrase magique pour voir des étoiles dans leurs yeux).

On reprend l'auto avec notre chauffeur qui doit nous conduire chez la notaire où nous attend Oxanna, notre nouvelle traductrice. Elle nous apprend que le dossier est maintenant complété et que ce dernier partira pour Kiev ce soir, par train. Dans 2 semaines, le ministère demandera à un tribunal local de nous convoquer afin d'officialiser notre adoption. Sauf que pour que le dossier aille si loin, les enfants ont probablement signé le consentement à leur adoption ! Nous contactons Nadia (notre coordonnatrice à Montréal) qui nous confirme qu'en effet les enfants avaient signé leur lettre et approuvé Pascal et Mélissa comme leurs nouveaux parents ! Wow ! Je comprends maintenant pourquoi Macha nous demande quand est-ce que nous rentrons, que Oleg nous demande quand est-ce qu'il prendra le train... Les enfants ont été avertis que nous repartirons avec eux, mais ils ne savent pas que plusieurs semaines vont passer avant que nous puissions partir en famille. C'est donc avec le coeur heureux et serein que nous repartons à notre appartement, heureux de cette nouvelle qui était si attendue...!

Pascal "Tato"

Pascal

Une autre superbe journée, que dis-je semaine, commence sous le soleil avec 23°C. Ce matin nous avons fait quelques commissions car le frigo s'est bien sûr vidé depuis notre arrivée à l'appartement, vendredi dernier. Nous souhaitons commencer à varier les petites collations que nous apportons à nos enfants : fromages de type "Vache qui rit", yogourts à boire, biscuits, barres de céréales... Nous voilà donc prêts pour autre semaine de bonheur auprès de nos petits coeurs. 

Aujourd'hui l'orphelinat était occupé et tout le monde était à son poste. En entrant, je rencontre une préposée à l'accueil. À peine après avoir dit que nous sommes Pascal et Mélissa, elle a levé les yeux au ciel en nous disant que nous sommes les parents de Liza, Macha et Oleg. Ça, c'est plutôt bon signe car le message circule dans l'établissement à l'effet que les enfants ont trouvé chaussure à leur pied. Cependant, il est 12h55 et les enfants reviennent de l'école à 13h... On nous a dirigé dans une petite section avec deux vieux fauteuils en tissus afin de patienter avant l'arrivée des petites bombes d'amour... 

Il est 13h05 et nous entendons la voix de notre petit bonhomme, Oleg. Il était habillé de façon très chic avec son ensemble noir, ses petits souliers de cuir noir et une chemise bleue boutonnée jusqu'au dernier bouton... avec un manteau de printemps par-dessus tout... Je rappelle qu'il fait 23°C dehors. Il m'aperçoit et court vers moi pour me dire "Bonjour !!!". Il fait la même chose avec Mélissa. Les filles avaient un examen et seraient en retard de quelques minutes. Nous nous sommes dirigés dans la petite salle  de jeu. Les filles sont arrivées peu de temps après. Les 2h ont passé à une vitesse folle. En jouant, Oleg me sourit et me lance "Pascal Tato"... euh, oui mais encore...? Quand on ne comprend pas nos enfants, c'est un sentiment d'impuissance terrible. En cherchant ce soir, je découvre que Tato veut dire "papa" en Ukrainien... Ouah !! Idem pour Macha qui appelle Mélissa "Mama" à tous vents. C'est du bonheur tout simple et pourtant si précieux. On doit les quitter et avant de partir, ils portent nos sacs et nous raccompagnent à la porte d'entrée. Ils nous sautent au cou, nous font des becs et nous demandent si on reviendra demain. La réponse les rassure tout le temps. Derrière, et de façon discrète, se trouve Olga, la femme médecin qui observe la scène. Elle pose ensuite des questions aux enfants et je peux vous assurer qu'ils lui ont exprimé leur bonheur.

En quittant, Oleg (notre chauffeur bien sûr), nous a proposé de faire un petit tour au port de Kherson. Le site est vraiment grandiose, la vue est surprenante, surtout sous un beau ciel bleu. Par la suite, on fait un tour sur quelques places où se trouvent des statues commémorant la guerre d'Afghanistan et la 2e guerre mondiale. C'était une fierté pour lui de me signifier que son grand-père s'est battu contre les Allemands à l'époque. Une belle leçon d'histoire. Finalement, il nous amène dans un restaurant de fruits de mer, loin de tout, dans un quartier douteux. On se stationne et on entre à travers une grande porte en bois. Le restaurant s'appelle терраса ce qui signifie terrasse en russe. Wow ! On se croirait dans un club de golf, près d'une marina. Le vent transporte l'odeur salée de la mer. C'est un pur moment de bonheur ! Merci Oleg pour cette découverte des plus inattendues !

Petit après-midi tranquille

Petit après-midi tranquille

Ce matin, nous nous sommes réveillés sans traductrice, car elle a quitté Kherson hier soir pour aller rejoindre un autre couple. C'est donc aujourd'hui que nous allons tester nos habiletés en russe. Après un bon café, nous avons répondu à vos nombreux courriels et commentaires, puis nous avons fait une bonne soupe aux légumes ainsi qu'un peu de ménage.

Il est 12h40. Notre chauffeur Oleg nous attend au bas de notre immeuble. Nous nous dirigeons vers теремок (le nom de l'orphelinat, qui veut dire "château"). L'entrée est sombre et la préposée à l'accueil nous baragouine quelques mots dont nous sommes incapables de comprendre quoi que ce soit. Nous lui faisons des gestes en mentionnant le nom des enfants. Elle nous fait comprendre que la plupart des enfants font dodo. Zut... On doit attendre quelques instants. Pendant ce temps, elle appelle la nounou à l'étage pour demander où sont les enfants. Ensuite, elle nous dirige vers la grande salle d'activités et nous demande d'attendre. Soudain, nos joyeux troubadours font leur entrée en silence, mais avec de beaux sourires. Ils nous serrent fort et nous disent "bonjour" en français... Wow ! Ça apprend vite ces petites bestioles-là !

Sauf qu'on nous a demandé de rester dans cette salle, même si le soleil brillait dehors. J'avais mis mes shorts et mes sandales, nous avions apporté le ballon de foot et le frisbee... Mais on n'avait rien prévu pour rester enfermés à l'intérieur. En plus, nous n'avions plus de traductrice. Hourra l'improvisation et la débrouillardise. Oleg me demande de jouer avec lui à la tour de lapins (un jeu de type Mikado), Macha a fait des dessins avec Mélissa et Lisa a pris l'appareil photo pour lequel elle a une fixation (je rappelle que c'est l'artiste de la famille). Durant les jeux, ils ont commencé à nous appeler "papa" et "mama"... Ce sont des mots assez facile à isoler dans une phrase, même en russe. Cependant, nous nous sentions tellement ridicules et imbéciles lorsqu'ils nous posaient des questions ou nous partageaient quelque chose : on ne comprenait rien ! Mais leur sourire nous rassurait et on est quand même arrivé par se dire quelques petites choses. On sent aussi que les mots en français commencent à s'intégrer dans leur langage (quelques nombres, couleurs, bonjour, merci, excusez, boire, pipi...). 

Croyez-le ou non, nos 2 heures ont passé à la vitesse grand V. Nous avons pris une petite collation avec bananes, jus, biscuits et quelques bonbons. Les enfants nous ont remercié et lorsqu'est venu le temps de quitter, ils nous ont demandé si nous revenons demain. Nous leur avons dit que oui, bien sûr. Et ils étaient si heureux de la bonne nouvelle qu'ils nous ont sauté dans les bras et nous avons même eu le droit à nos premiers bisous sur la joue. Ouah!! Très touchant comme fin de journée ! On a déjà hâte à demain et nous commençons à nous ennuyer de ne pas les avoir plus que 2 heures... mais on sait que la patience nous récompensera bientôt...

L'Ukraine, un pays à découvrir

L'Ukraine, un pays à découvrir

Pour beaucoup de personnes, l'Ukraine est synonyme de beaucoup de choses, et peu de ces choses sont très élogieuses. Je dois vous avouer que pour nous, c'était un peu le cas. Nous voyions l'Ukraine comme un pays de voleurs, de corruption, de pauvreté immense et de guerre... surtout avec tout ce que les médias nous rapportent. Nous avons reçu de nombreux messages avant notre départ à l'effet que nous devrions prendre soins de nous, de faire attention à la situation dangereuse, de bien réfléchir avant de prendre la décision d'aller dans un pays en guerre... 

Je vais donc commencer par ce point : le conflit entre ukrainiens et russes... ou plutôt je devrais dire "le conflit entre médias occidentaux et médias russes"... Nous avons parlé autant à des Russes qu'à des Ukrainiens et jamais l'incompréhension de la situation n'aura été aussi grande. D'un côté les Ukrainiens disent vivre dans un pays où les Russes ont toujours été présents et pacifiques. De l'autre, des Russes qui trouvent que le gouvernement ukrainien les oppriment et bafouent leurs droits. Les deux ont raison. Ça reste que les zones "chaudes" sont actuellement dans des régions, voire dans des villes, voire dans des quartiers spécifiques de villes situées dans l'est du pays. De notre côté, nous sommes dans le sud, à 1-2h de la Crimée. Les drapeaux ukrainiens sont partout, la vie est tout à fait normale et nous ne voyons aucune présence ni militaire, ni policière. 

La ville de Kherson est clairement d'inspiration européenne. Nous avons des grands trottoirs jonchés de gros marronniers, de nombreux restaurants de tous les styles, un très important marché couvert, des boutiques de vêtement européennes (Promod, Mango), des banques européennes (BNP, Crédit Agricole), des voitures européennes (Renault, Peugeot, Citroën), des marques de produits européens (Cif, Persil, Palmolive)... Bref, seule la langue est différente. Je crois aussi que cette ville aurait tout intérêt à se faire connaître. Si l'on parlait français, je vous dirais que l'ambiance serait celle d'une ville de Provence. Ajoutez à cela des reliques de l'ex-URSS, une statue de Lénine qui vient d'être remplacée par un mémorial en hommage aux victimes de la place Maïdan et de nombreux chiens et chats errants. 

Les Ukrainiens sont physiquement très grands, costauds et ne sont pas très enclins à la sympathie et à la délicatesse. Oubliez le bon accueil dans les restaurants et les magasins. C'est un peuple très fier et solidaire. Les femmes sont extrêmement féminines et sont habillées toujours sur leur 36. C'est le pays où nous avons le plus de couples qui déambulaient main dans la main. C'est aussi un pays où la différence entre les riches et les pauvres saute aux yeux : il n'est pas rare de croiser une vieille Lada trouée avec une grosse Mercedes du dernier cri. Tous les immeubles à logement appartiennent à la ville. Ainsi, l'extérieur est souvent délabré pour ne pas dire en ruines. Mais l'intérieur appartient aux propriétaires, donc souvent les intérieurs sont très bien entretenus. L'eau, le gaz, l'Internet, le chauffage sont des biens communs fournis par les municipalités.

Au niveau de la nourriture, c'est un peuple qui se rapproche beaucoup de ce que j'ai connu en Allemagne (des bouillis, des soupes, de la charcuterie, etc...) mais avec des accents occidentaux (épices, fruits secs...). Dans les épiceries, nous retrouvons tout l'essentiel à des prix vraiment imbattables. Le prix de l'essence est celui retrouvé au Canada (1,50$ le litre), la bière vaut 1,50$ la bouteille de 330 mL, les légumes sont quasi donnés, les logements varient beaucoup mais sont en moyenne de 40$ par jour (tout inclus et équipés), les sucreries et chocolats sont aussi très abordables (1 kg de bonbons pour 10$). Bref, on peut définitivement dire que l'Ukraine est un pays à découvrir et qu'actuellement nous sommes autant en sécurité que si nous étions à Montréal. 

À bientôt !

Partie de foot

Partie de foot

Aujourd'hui, nous sommes avec Natasha pour notre dernière journée. Elle doit repartir ce soir pour Kiev afin d'aller rejoindre un autre couple dans le nord de l'Ukraine. Je dois vous avouer que cette femme est une soie. Elle se dévoue corps et âme à son métier de traductrice. Elle répond à tous les appels, elle prend le temps de bien expliquer toutes les étapes, elle se fait discrète lorsqu'on est avec les enfants et elle travaille possiblement plus de 12h par jour. Nous lui avons offert en guise de cadeau un panier de produits du marché qu'elle apprécie afin de revenir sur Kiev avec le ventre plein. Ce soir, nous l'avons accompagnée jusqu'à son taxi à 19h30 et je ne vous cache pas que les larmes coulaient à flot...

Vers 12h40, notre chauffeur nous attendait en bas afin d'aller à l'orphelinat. C'est la fin de semaine et nous devions passer par l'arrière pour aller chercher nos enfants. On se dirige vers la cafétéria où les enfants venaient de finir de manger. Natasha s'adresse aux nounous afin de leur demander d'aller les chercher. Sauf qu'après une longue discussion, les nounous nous demandent une petite contribution : elles souhaitent que nous achetions des savons liquides pour les 32 enfants du groupe... Chose que nous acceptons sur le champ car nous avions en effet remarqué que leurs mains étaient malpropres. En nous remerciant, elles nous disent que nos enfants nous ressemblent beaucoup et que nous formerons une très belle famille. Touchant ! Les enfants arrivent en nous donnant de gros câlins et en nous regardant avec des yeux ébahis. C'était de toute beauté. Je ne me lasse pas de ces moments ! On leur demande s'ils voulaient jouer dehors. La réponse ne s'est pas fait attendre : DA, DA (OUI, OUI) !!!!! Ils s'empressent de descendre les escaliers et de foncer vers le terrain de jeu. 

Nous avons apporté un ballon de soccer (football), un frisbee et des collations histoire de nous reposer en famille. Oleg est le petit footballeur, Macha est aussi une très bonne sportive, mais Lisa est la rêveuse de la famille sur un rythme plus ralenti. Ils ont tous une belle personnalité et ils s'entraident beaucoup. Ils ne se chicanent pas et c'est beau de les voir s'enthousiasmer avec si peu de choses. Après 1h de jeu avec des éclats de rire et un peu de compétition (mentalité russe oblige), nous nous sommes reposés avec la collation : pommes, mini-bananes, fraises (tous des produits du marché), du jus de pêche et de l'eau. Quel régal ! Si vous n'avez jamais vu des enfants se délecter les babines, ça en valait le coup ! C'est impressionnant de voir si peu de choses faire autant plaisir à de petits êtres de cet âge. 

En quittant, nous nous sommes amusés dans la salle commune avec eux. Macha a rencontré des amies et nous a présentés comme ses parents. Touchant !! Par la suite, elle demande à notre traductrice quand est-ce que nous rentrerons au Canada. On sent que l'attachement est en train de s'enraciner profondément. En raccompagnant les enfants dans leur groupe à l'étage, ils nous ont fait de très grosses accolades et pour la première fois nous avons eu le droit à nos premiers bisous. Voilà deux parents heureux et aux anges qui sont repartis dans leur appartement comblés et le coeur plein de beaux moments mémorables...

Jour 2 à l'orphelinat

Jour 2 à l'orphelinat

Aujourd'hui, nous avons commencé la journée à 8h au bureau de l'inspectrice, Olga, qui s'occupe de l'adoption dans le comté de Kherson. Elle nous a posé plusieurs questions afin de s'assurer qu'on soit au courant de tous les tenants et aboutissants de l'adoption. Elle était étonnée qu'on soit intéressé par des enfants de la région car en 18 ans, elle n'a vu que quelques couples de Canadiens. Après cette rencontre, nous sommes allés prendre un petit café avant de nous diriger vers le marché public. Le marché est hallucinant et renferme de tout ce que vous pouvez imaginez. Les produits sont locaux, frais et variés. Nous avons aussi rencontré des marchands de vêtements pour enfants. Nous savons donc où aller pour habiller nos petits coeurs...

Oleg (notre chauffeur) et Natasha (notre traductrice) nous ont donné des suggestions de produits locaux à essayer : des saucisses, de la bière, du boudin au Salo (morceau gras de lard), etc... Les prix sont franchement bons marchés et la qualité des produits est au rendez-vous.

Vers 13h30 nous nous sommes dirigés vers l'orphelinat. Le soleil était superbe et la température était de 22°C. Nous avons pu parler avec la directrice qui nous confirme que nous pourrons amener certains aliments pour les enfants (ex: bananes, fraises, pommes, oranges, yogourts). Elle nous confirme aussi que nous pourrons rencontrer les enfants tous les jours (même les jours fériés) entre 13h et 15h. Tout le personnel semble très sympathique !

La rencontre avec les enfants a été toute spéciale puisque notre traductrice a passé tout son temps avec la directrice pour finaliser des papiers. De ce fait, la dynamique était surprenante car malgré le langage, nous avons été capable d'établir de beaux liens. En arrivant dans la salle, ils nous ont serré dans leurs bras et nous ont offerts des cadeaux (une tresse et des bracelets pour la tête en trèfles). Nous avons fait des coloriages, du bricolage (on a monté des feuilles en mousse), des jeux... le temps a passé si vite. En quittant, ils se sont précipités à l'étage pour aller chercher des cadeaux qu'ils nous avaient confectionnés : un sac remplis de bonbons, de biscuits, de mots et de beaux coloriages). Oleg est venu un peu plus tard pour offrir un petit bracelet qu'il a confectionné pour sa nouvelle maman. C'était touchant et charmant ! En quittant, ils nous ont fait de gros câlins et c'était hyper touchant de les voir remonter dans leur chambre. Ils étaient bien habillés car ils fréquentent l'école publique. 

Nous reviendrons demain et nous jouerons probablement à l'extérieur. Nous trouvons que les enfants sont de plus en plus à l'aise et leur sourire en dit long... À demain !

Le plus beau jour de notre vie

Le plus beau jour de notre vie

Ce matin, nous nous sommes préparés vers 7h afin de nous préparer à l'éventualité d'aller à l'orphelinat en sortant du train. Cela signifie d'aller à la rencontre de nos futurs enfants sans être dans notre meilleur jour... Ça prend toute une confiance en soi afin de se présenter ainsi devant des enfants qui ont été préparés à notre visite. Oubliez la douche, le rasage et autre pomponnage. C'est confirmé, nous arriverons à 9h en gare de Kherson et notre traductrice a reçu un appel : nous devons être à l'orphelinat pour 10h...! Panique à bord !

Entre deux, et afin de tenir le coup, nous nous sommes arrêtés avec notre chauffeur (Oleg) dans un café pour prendre un peu de vitamines pour affronter la journée et toutes les émotions qui s'y ajoutent. 10h approche. On se dirige dans de petites ruelles en terre battue, puis nous entrons dans la cours de l'orphelinat. Au premier coup d'oeil, la place semble très bien entretenue, même si elle est un peu vieille. On s'approche de l'entrée et 2 femmes nous attendent : Oxanna, une amie de Kseynia et une adjointe. On nous dirige vers le bureau de la directrice (prénommée Marina). C'est une femme très professionnelle, qui parait chaleureuse et organisée. Les 3 dossiers de nos enfants étaient prêts sur son bureau. Une dernière personne fait son entrée : la femme médecin responsable des enfants. Une femme rousse, forte et très sympathique. Elle avait les dossiers médicaux complets de nos petits loups. 

La directrice commence par introduire nos enfants avec beaucoup de précision. Leur prénom est Lysa (diminutif pour Élisabeth), Macha (diminutif pour Michaela) et Oleg. Ils sont placés à cet orphelinat depuis 7 ans pour négligences parentales. Les parents ont perdu leurs droits depuis 1 an et demi. Depuis 7 ans, on nous confirme que ces enfants n'ont eu aucune visite de quiconque. Cela nous a donné quelques larmes aux yeux. Nos enfants côtoient l'école du quartier. Dernièrement, Oleg et Lisa se sont demandés pourquoi leurs camarades avaient leurs parents à la sortie de l'école et pas eux ? Pourquoi en 7 ans, aucune famille ukrainienne ne les a choisi ? Oleg, toujours d'un tempérament comique en est même venu à croire que c'est à cause de ses soeurs. Nous avons été très touchés par ce récit. La directrice nous confirme qu'ils souhaitent ardemment trouver une bonne famille qui puisse simplement les aimer. Je vous passe les émotions qui nous ont envahis.

Au niveau scolaire, les 3 enfants ont des comportements normaux, de bons résultats et n'ont rien de négatif à leur dossier. 

Au niveau médical, rien de particulier à noter à part pour Lisa qui souffre d'une légère épilepsie (actuellement contrôlée par une médication et un suivi annuel chez le neurologue). Tout le reste est parfait. 

Sans rien attendre de plus, la psychologue des enfants entre dans le bureau et nous demande de la suivre pour aller à la rencontre des enfants... Quoi ? Là ? Maintenant ?... Nos coeurs se sont mis à battre la cadence et l'excitation nous a envahis une seconde fois. On nous mène dans une grande salle de réunion équipée d'une grande table ovale. Sur le côté gauche nous attendait nos 3 petits coeurs, biens droits dans leur siège et vêtus de leur plus beaux habits. Ils avaient leurs mains sur la table, leurs grands yeux ouverts et leur sourire craquant. Nous étions submergés par leur beauté, ce qu'ils dégageaient et par le non-verbal qui a charmé nos coeurs. La traductrice nous a observés, la direction a quitté et nous avons commencé par nous présenter. C'était MAGIQUE ! Un doux moment pour les nouveaux parents que nous sommes en train de devenir. Bien entendu, tant que le jugement de la cour ne nous confirme pas l'adoption, aucune photo des enfants ne sera publiée.

Nous avons présenté des photos de notre maison, de notre famille, de notre chatte, etc... Lorsque la directrice les a vu, Lisa et Maria se sont empressées de lui dire que c'était LEUR maison... Trop mignon ! Nous avons ensuite sorti nos jeux de Légo et je dois vous dire que nous sommes tombés dans le mille. Oleg est hyper intelligent et a pu réaliser son modèle sans aide. Les enfants ont même commencé à répéter quelques mots en français. En jouant, Oleg me demanda quand est-ce que nous allions revenir. Je lui ai répondu que c'était à lui de choisir. Il me répond immédiatement "OK, demain alors !! En éclatant de rire !!"... Quelles émotions ! 15h a sonné, ils devaient retourner en classe. 

Par la suite, nous nous sommes immédiatement dirigés chez la notaire pour enclencher le processus légal. Après plusieurs aller-retours vers l'orphelinat, nous avons finalisé cette première étape. Maintenant, nous devions faire une petite épicerie avant de nous diriger vers notre appartement. Malheureusement l'appartement n'est pas très propre et nous devrons en trouver un autre dès demain. Mais avec tout le bonheur que nous avons vécu, cela est un détail... 

Je peux vous assurer que nous sommes sur un nuage ! 

Un long périple vers le sud

Un long périple vers le sud

Aujourd'hui, c'est notre grand départ pour Kherson dans le sud de l'Ukraine. Ce voyage se fera en train, pendant environ 12 heures. Ce matin, nous avons fait des pieds et des mains pour trouver de petits cadeaux pour nos enfants, sur recommandation de Kseynia. Le but de ces petits cadeaux et de créer de l'intérêt et de l'interaction avec les enfants. Nous avons acheté des Légos pour notre fil et la version Légos Friends pour nos 2 filles, ainsi que 2 casse-tête 3D et un bricolage sur vitrail que nous pourrons réaliser tous les cinq. 

De retour à l'appartement, nous devions faire nos valises pour quitter vers 19h30 vers la gare de Kiev. Vers 15h, nous avons rejoint un autre couple montréalais (Randi et Spiro) afin de prendre un verre ensemble. Nous avions ensuite rendez-vous au ministère de l'adoption à 16h afin de récupérer notre autorisation d'aller visiter l'orphelinat. Un autre couple de Detroit (USA) était sur place. 

Vers 18h30, Kseynia est venue dans notre appartement avec Natasha et l'autre couple de montréalais afin de nous donner quelques directives, mais aussi pour répondre à nos questions. C'était fort intéressant. Nous avons fini par prendre un taxi avec Natasha en direction de la gare. 

Nous sommes arrivés dans notre cabine couchette (1ère classe) vers 20h30 et n'ayant pas mangé, nous nous sommes précipités sur le comptoir des sandwichs dans la gare (en courant). À 20h49, le train s'est mis en route pour 12h... Ce train doit dater des années 50-60 et je vous assure que le terme "1ère classe" n'était pas approprié... Les banquettes étaient peu confortables, la suspension des wagons étaient à peu près absente, le service néant et les toilettes dignes d'un film d'horreur... Bref, nous n'avons pas réussi à dormir pendant tout le trajet. Heureusement que nous avions l'image de nos enfants pour nous motiver durant ces longues minutes ! Bonne nuit !...

Le début d'une nouvelle aventure

Le début d'une nouvelle aventure

Cette journée est à ce jour un moment marquant de notre histoire d'adoption. Nous nous sommes couchés hier soir très fébriles et nerveux. Ce matin, la nervosité n'a fait qu'augmenter et nous avons décidé d'aller à notre rendez-vous à pieds pour dissiper notre stress. Nous avions rendez-vous avec notre traductrice à 9h30 et nous avons passé notre stress en lui parlant de la pluie et du beau temps. Kseynia est arrivée quelques minutes avant la rencontre. 

10h a sonné. La porte de la psychologue s'est ouverte. La jeune psychologue vêtue de blanc se prénomme Oxanna. Elle parle très bien anglais. Sans aucune raison, notre stress est tombé comme si la vie nous disait de relaxer car le meilleur s'en venait. La psy nous a demandé de présenter nos passeports pour confirmer nos identités. Par la suite, elle nous demande de lui expliquer ce que nous souhaitons avoir. Nous lui stipulons que nous n'avons pas d'attente particulière : juste des enfants en santé, le plus jeune possible, sans préférence de sexe. 

La psy nous sort un premier dossier. C'est ce dossier que nous avons retenu. C'est comme si ce dossier nous attendait puisqu'aucun autre dossier était intéressant (trop vieux, trop malades...). Au bout de 40 minutes, je regarde Mélissa et lui demande si ce dossier devrait être confirmé. Je vous avoue que nous avions un idéal d'enfants jeunes (moins de 5 ans), mais il semble que cela soit quasiment impossible à moins de souhaiter adopter des enfants lourdement handicapés. 

Je vous confirme donc que nous avons sélectionné une fratrie de 3 enfants  composée de 2 filles et 1 garçon. Une fille et un garçon sont des jumeaux qui viennent d'avoir 10 ans, la seconde fille vient d'avoir 9 ans. Je vous avertis tout de suite, nous ne pouvons pas vous donner leur nom et de photos par respect pour eux et tant que nous ne serons pas passés en cours. Autre élément important, nous devons avoir leur consentement pour les adopter, selon la loi du pays (tout enfant de 7 ans et plus doit consentir à son adoption). Selon les premières informations, ils sont en parfaite santé, sont de bons enfants et sont placés à l'orphelinat depuis un peu plus d'un an à cause de négligences parentales (les parents ne s'en occupaient plus). Le dossier est disponible pour l'adoption internationale depuis 1 mois environ. 

Prochaine étape : nous prendrons le train demain en direction de leur région. L'orphelinat se trouve dans la ville de Kherson au sud de l'Ukraine. Le trajet en train sera de 12h. Demain, nous devrons aller chercher notre autorisation de visite vers 16h puis nous prendrons le train vers 20h40. Le directeur de l'orphelinat souhaite absolument nous rencontrer en premier afin de nous faire une entrevue en profondeur. Il a ces enfants à coeur et souhaite leur donner une bonne famille. Nous espérons que nous passerons le test. D'autres détails suivront... Demain matin, nous irons acheter un cadeau pour eux afin de célébrer notre première rencontre. Kseynia a eu la gentillesse de contacter l'orphelinat afin de confirmer ce que les enfants ont comme intérêts afin de nous guider dans le choix de cadeaux. 

Nous sommes franchement enthousiasmés et nous avons encore plus de papillons car maintenant... c'est au tour des enfants de nous confirmer s'ils souhaitent être adoptés par deux gentils québécois que nous sommes...

En attendant le jour J

En attendant le jour J

Aujourd'hui nous devions tuer le temps car notre rendez-vous de demain nous semble très loin. La météo à Kiev était peu clémente avec 14°C et beaucoup de nuages. Puisque nous avons horreur de rester terrés dans notre appartement, nous avons pris la décision de faire un autre tour de ville à la découverte d'endroits inusités et uniques. 

Nous devions passer encore par la place Maïdan afin de rejoindre un centre commercial sous-terrain appelé Métrograd. C'est un complexe de boutiques luxueuses, ce qui détonne avec la situation qui se déroule à quelques mètres plus haut. Par contre, les boutiques sont vides de clients. L'ambiance est clairement pathétique. En remontant, nous sommes passés dans un marché couvert (Besarabsky Market). Disons que nous étions aussi les seuls clients (lundi de Pâques oblige). Les marchands tentaient à tous prix de nous convaincre d'acheter. Cependant, les produits étaient disposés d'une manière très douteuse : par exemple, les viandes étaient disposées sans réfrigération, sans étiquettes et sans prix... On s'est gardé une petite gêne et nous sommes passés tout droit. 

En après-midi, nous avons rencontré notre traductrice (Natacha). Elle parle russe et anglais. Elle était accompagné de Kseynia. Elles nous ont confirmé notre rendez-vous de demain à 10h et nous nous rencontrerons 30 minutes avant. Par la suite, nous nous sommes présentés à nos voisins à l'appartement 3 : Randi et Spiro de Montréal. Ce sont des personnes très sympathiques qui iront à leur 2e rendez-vous demain à midi. 

En soirée, nous sommes allés à la recherche du bureau du ministère où nous aurons rendez-vous demain. La photo d'en haut à gauche est la porte par laquelle nous passerons demain... Nous l'avons bien visualisé !

Pour terminer notre journée en beauté, nous avons acheté des œufs ukrainiens peints à la main et avons discuté avec l'artiste qui les a conçus. Elle nous a mentionné que le restaurant d'en face (Kanapa) était un très bon restaurant ukrainien typique. Nous nous sommes donc payés une très bonne bouffe. 

Demain, ce sera le grand jour afin de découvrir si nous aurons la chance de mettre la main sur un dossier de rêve qui nous permettra de fonder notre famille. On se croise les doigts !

Arrivés à Kiev

Arrivés à Kiev

Le jour de notre voyage vers Kiev est enfin arrivé. C’est très surréaliste de nous savoir en chemin vers le pays d’origine de nos futurs enfants. Nous réalisons petit à petit ce qui nous arrive et ce qui s’en vient pour les prochains jours. L’excitation est vraiment à son comble.

La nuit à Londres a été très bénéfique et nous a permis d’arriver à Kiev en pleine forme afin de profiter de tous les instants qui se présenteront. Nous recommandons ce genre d’arrêt entre deux destinations afin de faire le plein d’énergie car nous devrons être 100% présents (mentalement et physiquement) pour notre fameux et tant attendu rendez-vous de mardi.

Avant de quitter Londres, nous avons continué d’avoir des commentaires étranges de la part de certaines personnes lorsque nous leur avons mentionné que nous quittions pour Kiev. Le réceptionniste de notre hôtel (un polonais par-dessus tout !) a fait une drôle de face qui en disait long… L’agent de sécurité de l’aéroport à Londres nous a demandé "are you looking for troubles?" (cherchez-vous à avoir des problèmes ?)… Merci aux médias de diaboliser ce pays qui pourtant n’est pas en guerre, mais bien en quête d’une identité nationale.

En arrivant à Kiev, nous avons passé les douanes sans aucun soucis. Seules deux questions nous ont été posées : combien de temps restons-nous et combien d'argent avons-nous. À peine 5 minutes après notre sortie, notre coordonnatrice (Kseynia… retenez bien son nom !) est venue à notre rencontre. Tout était organisé dès que nous sommes sortis de l’aéroport : une navette nous attendant avec Viktor à son bord, un appartement clé-en-main au centre-ville de la capitale ukrainienne et une visite de l’épicerie afin de nous fournir les vivres de base pour les prochains jours.

Je dois dire que les Ukrainiens ne sont pas souriants de nature. Ils sont très grands, la population semble assez jeune et nous pouvions sentir immédiatement la pauvreté ambiante. À l'épicerie, les rayons sont pleins de produits périmés, et nous avons vu plusieurs groupes de jeunes qui ne nous inspiraient pas confiance. Il faut être en mode vigilance. 

Durant l'après-midi, nous nous sommes promenés dans les parcs et rues avoisinantes. Le temps est nuageux, il fait 20°C mais l'humidité est pesante. Puisque c'est Pâques, de nombreuses familles déambulaient et passaient du bon temps en famille. Nous regardions tous les petits enfants et nous nous amusions à s'imaginer qu'ils auraient pu être les nôtres. Nous avons terminé notre promenade sur la place de l'Indépendance : la tristement fameuse place Maïden qui se situe à quelques pas de notre appartement.

Émouvant, touchant, accablant étaient les premiers mots qui nous venaient en tête. Après avoir suivi les terribles évènements des derniers mois, nous pouvions constater de nos propres yeux les dégâts et la situation sur une place pleine d'histoires. Les photos parlent d'elles-mêmes. Le silence est morbide. Les visages sont longs. Les regards sont à la fois tristes, désemparés et nostalgiques. Nous pouvions encore voir des campements de résistants, des fleurs et lampions qui jonchaient les rues afin de nous souvenir des morts, et des chants sur une scène centrale où défilaient des chanteurs pour célébrer Pâques avec des chants d'espoir et des messages patriotiques. Wow, toute une expérience renversante. 

Demain, nous passerons quelques moments avec Kseynia et notre traductrice (Natasha) avant notre rendez-vous de 10h afin de nous préparer à la rencontre avec la psychologue du gouvernement. Plusieurs dossiers nous seront présentés. Nous avons tellement hâte de connaitre la suite des choses. On se sent d’attaque et surtout d’une forme resplendissante.

Transit à Londres

Transit à Londres

Aujourd'hui fut une très, très longue journée. Vous savez, partir en "voyage" est souvent synonyme de relaxation, de ressourcement, de dépaysement, etc... Pour nous, ce voyage est l'un des moments les plus étranges, des plus émouvants, des plus angoissants et des plus merveilleux de notre vie. C'est un peu toutes ces émotions qui nous habitaient au moment de prendre l'avion. Mélissa était dans un mélange d'émotions intenses, moi je vivais le tout complètement différemment : je me sentais serein, calme, détendu et confiant. Puisque nous n'avons aucun contrôle sur ce qui va arriver, autant lâcher prise tout de suite ! 

En arrivant dans l'avion, nous avons eu une sympathique personne à nos côtés qui nous a bien entendu demandé pourquoi nous visitions Londres... La réponse ne s'est pas fait attendre. Cet homme était subjugué par tout notre histoire. C'était beau de le voir s'émerveiller comme un enfant. 

Arrivés à Londres vers 9h30 (heure locale) sous le soleil, nous n'avons pas hésité une minute pour aller déposer nos bagages à notre hôtel afin de profiter de cette superbe journée. C'était le rallye entre l'aéroport, le métro, les marches... Londres est une ville très propre, bien organisée mais les Londoniens sont moyennement accueillants... Probablement puisque nous étions un vendredi Saint et que la foule était immense dans les rues de la capitale. Nous avons pris du temps pour bien respirer le bon air, voir les principaux attraits et faire le vide des dernières semaines.

Par contre, le décalage horaire n'a pas tardé à se faire sentir : nous dormions comme des défoncés dans le métro... Très beau à voir et je n'ai aucun doute que nous étions très élégants. Nous sommes rentrés tranquillement à notre chambre vers 18h pour nous rafraîchir et aller souper. Demain, on doit être à l'aéroport à 7h30 car l'avion part pour Kiev à 9h50... arrivée à Kiev vers 15h... Les vraies affaires vont commencer !!!